Oiseau mange insectes
Extraits du "Langage des oiseaux" Attâr

Demande d'un treizième oiseau :

Un autre oiseau dit à la huppe :

« ô toi dont les intentions sont pures ! dis-moi comment il faut faire pour agir sincèrement dans la voie de l’Ultime.
Puisqu’il ne m’est pas permis de me livrer à l’ardeur de mon coeur, je dépense tout ce que j’ai afin de parvenir à mon but.Ce que j’acquiers me perd et devient comme un scorpion dans mes main .
Je ne veut me contraindre par aucun lien ; j’ai rejeté toute chaîne et toute entrave.
J’agis avec franchise dans la voie spirituelle, dans l’espoir de voir la face de l’objet de ma quête. »

La huppe répondit :

« Ce chemin n’est pas ouvert à tout le monde ; il faut y avoir la droiture pour viatique.
Celui qui s’efforce de s’y engager doit le faire franchement et paisiblement.
N’attache pas ton coeur déchiré à un coeur brisé ; mais plutôt brûle entièrement ce que tu y possèdes.
Lorsque tu auras tout brûlé par tes soupirs ( espoirs) enflammés, rassembles-en la cendre et assieds-toi dessus.
Quand tu auras agi de cette façon, tu seras libre de toute chose ;
si tu ne l’es pas, bois du sang [1] jusqu’à ce que tu le sois enfin.

Tant que tu ne seras pas mort à toute chose une à une, tu ne pourras mettre le pied sur ce chemin.
Puisque tu ne peux rester qu’un court espace de temps dans la prison du monde, retire-toi de toute chose ; car au temps de la mort les choses qui t’asservissent écarteront-elles la main qui doit te frapper ?
Commence d’abord à retirer ta main de toi-même, puis entreprends d’entrer dans la voie spirituelle.
Tant que tu n’auras pas dès l’abord la sincérité en partage, tu ne pourras accomplir ce voyage »

Moucharabieh
Oiseau la huppe
Textographie Simorg
Textographie Simorg
Voliere du Simorg