Moucharabieh
Oiseau la huppe
Textographie Simorg
Textographie Simorg
Voliere du Simorg

Les mythes sont des oiseaux de passage qui volent de mémoire en mémoire.
Nous ne sommes que les branches sur lesquelles se posent ces oiseaux.
Il y a des branches sans oiseaux. Il n'y a pas d'oiseaux sans branches.
Il n'y a pas de souvenirs sans quelqu'un pour les porter.

C'est par sa controverse intérieure que l'individu progresse.
Il ne suffit pas de se contenter de posséder des nombres pour "être",
il faut rajouter d'autres nombres à ceux que l'on possède pour "devenir".
On est l'information que l'on contient.
Vivre, c'est apprendre... Surtout ce que l'on est pas.

Il n'y a pas de mythes sans civilisations pour les faire vivre. Les hommes ne valent donc que s'ils portent plus loin qu'eux-mêmes les rêves de leurs ancêtres.
Ils ne sont hommes que par ce que font d'eux leurs enfants.

On n'est jamais que ceux à qui on laisse des souvenirs.
Les hommes ne durent que dans la mémoire des autres.

 

Le char de Surya